Quand arrive le dimanche soir, certaines personnes ont le blues et passent une mauvaise nuit en songeant à la reprise du lendemain au travail...

ce fameux blues du dimanche soir n’est que le symptôme d’un malaise plus profond. Il est déjà en soit un signe révélateur, celui d’une usure mentale issue de la souffrance au travail.

Les signes de ce mal-être sont connus. Ce sont de petits pincements au cœur, des nuits agitées, des colères rentrées, des moments de cafard, des noeuds dans le ventre.

Face au mal-être, aux mécontentements que l’on éprouve dans sa vie quotidienne, que faire; fuir, combattre, se soumettre ?

Lorsque nos stratégies d'adaptation : gestion du stress (relaxation, yoga), techniques de gestion du temps, de gestion de conflit, de communication… ne parviennent plus à bloquer des problèmes récurrents et qu'elles continuent à apporter souffrance et stress, comment y remédier ?

Afin d'endiguer cette lancinante montée de tensions et de ruminations, une priorité: en parler.

Certaines situations de travail se vivent comme une menace, réelle ou ressentie, contre son intégrité physique ou psychique. Dès lors, il est impossible de solliciter des mécanismes de défense adéquats. 

Lorsque l'on a perdu totalement confiance en son entreprise, il devient nécessaire de se faire soutenir par des intervenants extérieurs afin de comprendre l'aggravation de sa situation professionnelle.

Centre thérapeutique dédié aux souffrances spécifiques liées au travail, Nortia vous accompagne individuellement, vous aide à traverser cette souffrance et à s'en servir, afin de vous donner un nouvel élan, une nouvelle place.

Car il est possible de se lever le lundi matin sans appréhension.